jeudi, octobre 12, 2006

Bombe nucléaire et autres légèretés

Bon salut à tous,

Désolé, ça fait longtemps que j'ai pas donné de nouvelles, j'étais vraiment occupé (paresseux). Je me suis finalement acheté un ordinateur portable, je pourrai donc enfin mettre des accents. J'avais oublié comment ils étaient beaux et utiles ceux-là.
Deuxièmement, vous avez tous entendu parler des sérieuses tensions dans la région, dues encore une fois à une poussée d'hormones de notre ami Kim en Corée du Nord, qui a jugé bon de faire peur à tous avec un essai nucléaire. C'est évidemment une bombe médiatique ici (sans jeu de mots), ce n'est que de ça que les médias parlent, et mes amis coréens me disent que ça jase fort aussi chez eux...
Avec ça, les Japonais s'énervent, les Américains cherchent à isoler le régime communiste, la Corée du Sud ne sait pas trop quoi faire, et les hauts-placés en Corée du Nord sortent des déclarations impérieuses comme « Si les États-Unis persistent dans leur attitude hostile et font pression sur nous de différentes façons, nous n'aurons d'autre choix que d'entreprendre d'autres actions physiques pour y faire face», et encore « plus la pression sera importante, plus le degré de notre réponse sera élevé ». Quel paradis pour moi étudiant en science politique et relations internationales! Mais ne vous inquiétez pas, j'ai commencé à me creuser un abri nucléaire, et selon mes calculs, il devrait être prêt l'été prochain, au moment de mon retour au Québec.

Bon passons aux choses sérieuses.


J'ai vécu dernièrement une expérience démente, que je doute fort aurait pu arriver ailleurs qu'en Corée.
Les vendredi et samedi 22 et 23 septembre se déroulait a Séoul le festival Yeong-Go Jeon, opposant dans 5 disciplines sportives l'université Yonsei et sa grande rivale l'université nationale de Corée. Rien n'est laissé au hasard lors de ce grand événement dont nous avions entendu parler dès notre arrivée en Corée. Les matches ne sont pas disputés sur le terrain des universités mais au complexe sportif olympique de Séoul. La journée de samedi, mettant en vedette les équipes de rugby et de football (soccer) s'est même déroulée au grand Stade olympique pouvant accueillir 70 000 personnes.

Une chose très particulière lors de cet événement est le fait qu'en réalité le sport ne semble être qu'un prétexte pour réunir des milliers de personnes dans un stade pour chanter ensemble (en fait le mot utilisé était "cheering"). Durant chaque match, tout le monde chante des chansons en dansant des chorégraphies préalablement apprises. Mais ça n'arrête pas une seconde... Commençant une heure avant les matches et jusqu'au sifflet final, donc durant 3-4 heures, les gens chantent et dansent comme si c'était le dernier jour de leur vie. En plus, ce sont les mêmes 7 ou 8 chansons répétées en boucle! Comme chaque chanson dure environ 2 minutes, ca donne une idée du nombre de fois qu'on peut entendre chacune d'elles...des plans pour rendre fou n'importe qui, sauf les Coréens faut croire. Heureusement pour les étudiants étrangers, la bière apaise les possibilités d'énervement.


Moi qui essaie de ne pas entendre les maudites chansons trop souvent entendues



Après le dernier match, party dans le stade olympique

Ce qui a suivi fut plutôt surréaliste. Après le match final, plusieurs centaines d'étudiants de Yonsei se sont déplacés vers Shinchon, le quartier de l'université (et le mien, l’occurrence) pour faire la fête. Après que tout le monde se soit divisé en groupes de 20 à 30 personnes, chaque groupe se dirige de son côté et s'arrête devant les grands restaurants et bars sur le chemin. A ce moment, tout le monde se met devant à chanter et à crier toutes sortes de slogans en coréen (nous, les étrangers, on suit et on rit), devant les employés et les clients éberlués par une telle folie. On m'a expliqué qu'on criait aux employés de nous donner de l'alcool et de la bouffe. Un genre de hold-up quoi. Finalement, la plupart des restaurateurs accédaient aux demandes en sachant très bien que dans le cas contraire, ils sont barrés de toutes les listes des étudiants...Une fois s'être approprié le magot, on poursuit vers le prochain restaurant. La fête s'est terminée aux petites heures du matin avec des centaines d'étudiants envahissant les terrains de Yonsei.



Les rues pleines d'étudiants cinglés à la recherche de bière et de bouffe


Photo prise lors du party Yeongo-Jon. Pas que je voulais m'imposer, mais c'est sorti comme ça. Après plusieurs recherches, j'ai toujours pas trouvé à qui appartient l'oeil derrière ma main...

CHUSEOK

La semaine dernière, c'était le congé national pour la fête traditionnelle de Chuseok, ce qui nous a donné une semaine complète sans cours, à mon grand malheur. La plupart des étudiants formaient des petits groupes qui partaient en voyage un peu partout en Corée, et même certains en Chine ou au Japon. J'ai décidé a la dernière minute de me joindre à un groupe de 10 étudiants (9 filles et 1 gars) qui avaient préparé un voyage. Je vous jure que j'ai choisi ce groupe en fonction de la destination.

On part donc lundi après-midi vers Andong, une petite ville située au sud de la Corée. J'ai l'impression que cette ville de reçoit pas beaucoup d'étrangers, car j'avais l'impression que tout le monde devenait un peu fou en nous voyant. Les passants se mettaient à danser, et venaient souvent nous voir en pensant qu'ils savaient parler anglais.

Mais le plus fou, et en même temps, le plus gentil, fut le propriétaire du resto où nous avons mangé lundi soir. Dès notre entrée, le mec devient fou comme un balai. Il a pris des millions de photos de nous, nous a demandé de signer des feuilles qu'il a affichées sur le mur, nous a donné de la bière, a insisté pour aller chercher dans un autre resto des plats qu'il ne pouvait pas faire (!). À un moment donné durant le repas, il vient me voir, en disant dans un anglais à la limite du compréhensible "I have daughter, she very beautipul (les F deviennent P en anglais), you meet her Seoul." L'instant suivant, sans poser de questions, il appelle sa fille et me donne le téléphone sans que je puisse y faire quoi que ce soit. 10 minutes après mon arrivée au resto, je me retrouve donc en conversation avec la fille du proprio qu'il veut absolument que je rencontre à Séoul. Si seulement ça pouvait toujours être si facile.

Le lendemain, il nous fait faire le tour de la ville dans une mini-van, nous a emmené dans un village avoisinant, nous a payé de la bière et deux heures dans un karaoke qu'il possède également. Donc, si un jour vous passez par Andong, demandez-moi les coordonnées du resto de M.Cho.

Après Andong, nous sommes allés à Pohang sur la côte est, pour prendre le bateau qui nous a emmenés à l'île Ulleong-do, à plus de 200 km de la côte. C'était je jure, la pire expérience en bateau de ma vie. 3 heures d'énormes vagues ayant causé des embouteillages monstre aux toilettes. Encore une fois, j'étais très content de ne pas avoir d'odorat. Une chance que l'île était vraiment belle, doux Jésus.



L'incomparable M.Cho


La beauté sauvage de l'île Ulleong-do


Bon, je m'en vais jouer au soccer.
Donnez-moi des nouvelles
BeHaCh

1 commentaire:

Karyne a dit...

Yo Ben...
Wow, ca a l'air pas mal trippant ta vie de Coreen!!! Et tu te debrouilles tres bien pour ton blog!!! Je vais suivre tes aventures avec intérets et vais meme mettre ton adresse de blog sur mon blog a moi... Un brin d'Asie fera changement des blogs sur la vie europeenne...
ciao
xox